Aujourd’hui, cela fait un mois jour pour jour qu’on a atterri à La Réunion. Et pour fêter ça, on descend sur terre, à Port-aux-Français (ou PAF pour les intimes, la base de Kerguelen).

Lundi 15 novembre, je prends l’hélicoptère pour la troisième fois de mon existence pour aller sur la base de Port-aux-Français. À notre arrivée, on retrouve les copains qui nous offrent le café et des petits gateaux. Super accueil ! Ils nous font visiter leur bâtiment “Totoche” où se trouvent le restaurant et le bar. Le bar est très sympa, tout en bois avec un billard, une table de ping-pong et un baby-foot. Et des canapés dangereusement moelleux ! S’en suit une expéditive visite de la base. On ne va pas se le cacher, elle est très moche. La péninsule sur laquelle se trouve PAF n’est malheureusement pas le coin le plus joli de l’archipel, on est bien loin des fjords mignons et des glaciers aperçus lors des manip’. La base quant à elle est très grande (c’est la plus grande des TAAF, une sorte de “capitale”), elle héberge 40 personnes en hiver, et jusqu’à 60 personnes en été. En se baladant dans la station, première surprise : la présence d’éléphants de mer absolument partout. Ils sont allongés, pépère, sur les chemins, devant les bâtiments, dans l’herbe… Bref, plein de gros quenelles sans queue ni tête jonchent le sol. Deuxième surprise : ils ont des voitures ! La base est très grande, et certains shelter sont assez éloignés du centre. La voiture se révèle être le moyen de transport le plus efficace pour relier ces différents bâtiments et pour transporter du matériel.

La sieste des éléphants de mer

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Un gros pacha

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Un petit bonbon heureux. L'éléphant de mer est un animal heureux !

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

En se baladant vers le bord de mer, on croise deux pétrels qui s’étaient déjà mis à table. Eh oui, c’est aussi ça les Australes : rien ne se perd, cette carcasse de jeune éléphant de mer constitue un met de choix pour ces oiseaux charognards !

Les pétrels se régalent d'une carcasse d'éléphant de mer

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Après un excellent repas à midi, l’après-midi est consacré à la “Baladex”, encore un mot du jargon local pour surnommer une balade organisée pour les personnels en visite sur la journée. Nous allons à la Anse des Pachas, lieu connu pour être assez proche de la base et pour accueillir énormément d’éléphants de mer.

Sur le chemin, nous passons devant “Notre Dame de la Mer”, la statue emblématique du district. Le temps est couvert et il fait assez froid. Heureusement, il n’y a pas trop de vent. Après les journées exceptionnellement belles que nous avons eues à Crozet, retrouver un climat plus proche des australes surprend un peu ! Et encore, nous sommes plutôt chanceux : l’année dernière, à la même période, ils se sont fait surprendre par une tempête de neige ! N’oublions pas qu’ici, c’est l’été qui commence…

LA photo clichée du district de Kerguelen !

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Peu après, nous apercevons enfin l’Anse des Pachas ! Les paysages, très différents du district de Crozet, sont extraordinaires. La végétation n’a absolument rien à voir avec celle de Crozet. Elle ressemble un peu à celle que l’on peut retrouver en altitude dans nos Alpes françaises, type myrtilles sauvages et pelouses rases.

L'Anse des pachas

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Au milieu de l’Anse, une petite mare, dans laquelle barbotent joyeusement une quantité assez spectaculaires de bonbons.

Ici, dans les Australes, les bonbons poussent dans les prés !

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

À notre passage, les bonbons nous regardent avec curiosité

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

En se rapprochant de la plage, on arrive dans les territoires des pachas. Ils se prélassent sur les galets, fiers au milieu de leur harem de femelles accompagnées de leur petit bonbon. Ils ne sont pas agressifs, même s’ils poussent quelques grognements à notre passage. Mais je pense que c’est parce qu’on les réveille de leur sieste…

Un pacha heureux ; je ne sais toujours pas si ces animaux sont liquides ou solides

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

En fin d’après-midi, les nuages se lèvent enfin ! On peut apercevoir, au loin, les sommets enneigés de ce district qui fait, rappelons-le, la taille de la Corse. C’est le plus grand des trois, et il bénéficie d’un bateau qui permet de desservir les différents sites de manip’. Notamment, ceux de l’autre côté du Golfe du Morbihan (et oui, c’est bien celui de Kerguelen, et pas celui des bretons !)

Afficher une carte plus grande

Une petite carte ça fait pas de mal et ça aide toujours ! Je fais une pause le temps que tu situes le Golfe du Morbihan ! Un indice, c'est à l'Est, au Sud de Grande Terre.

Au bout de la plage, je retrouve mes copains de Crozet !

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Deux petits bonbons très bien placés

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Mais déjà, il est temps de dire au revoir aux bonbons, aux manchots, aux cormorans de Kerguelen car il est temps de rentrer sur le bateau ! Ce fut une très bonne journée à terre, et je suis ravie d’avoir pu découvrir cette base emblématique des TAAF.

Une dernière photo du Marion avant de ré-embarquer à son bord...

© 2021 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF