Voici un petit article pour vous raconter mon quotidien sur la base, histoire de vous changer un peu de votre routine de banlieusards parisiens et de vous apporter un peu de soleil austral au coeur de l’hiver !


La journée-type

Ici, le soleil se lève tôt, alors nous aussi (enfin, sauf certains…) ! Tous les matins de la semaine, je me lève à 6h30 et je pars faire du sport jusqu’à 7h30. Soit je vais courir sur les chemins-tracteur, soit je vais à la salle pour une petite séance muscu-cardio.

Le chemin tracteur qui descend à Pointe B

© 2022 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Puis, p’tite douche rapide (ici l’eau est précieuse !) et p’tit dej’. Entre 8h et 8h30, je monte à Géophy.

Là, j’ai ma petite routine matinale : je commence par me faire un thé (très important), puis je m’installe à mon bureau. Je me connecte à distance aux instruments de mesure situés à Pointe B et je m’assure de leur bon fonctionnement. Au total, j’en ai 7 à suivre. Ensuite, je vérifie que les données de la veille ont bien été transférées des instruments de Pointe B au serveur de Géophy, puis du serveur de Géophy au serveur du labo en métropole. Au début de mon hivernage, j’ai mit en place un nouveau système de transfert automatique des données qui marche du feu de dieu sans que je n’ai trop besoin d’intervenir. Mais, il arrive que pendant la nuit il y ait une micro-coupure de la VSAT et que ça bloque le transfert des données. Il faut alors relancer les scripts manuellement le matin.

Je vérifie aussi mes mails professionnels reçus la veille. À cause du décalage horaire avec la métropole, les mails de l’après-midi arrivent le soir pour moi, et je ne les traite que le lendemain matin.

Ensuite, le programme de la journée varie selon le planning des maintenances des instruments et des interventions demandées par le labo. J’ai aussi des documents à rédiger : compte-rendus hebdomadaires et mensuels, rapports de maintenance, documentation,…, que je case soit le matin, soit l’après-midi.

À midi, c’est l’heure d’aller manger ! Rendez-vous au Skua (en plus d’être un oiseau qui niche sur l’île, c’est aussi le petit nom de notre bâtiment de vie com’) pour un déjeuner toujours trop copieux (on est gâtés par les cuistots !). Après le repas, on file tous un coup de main à la souillarde, l’endroit où il y a le lave-vaisselle, pour essuyer et ranger la vaisselle et nettoyer les tables.

Ensuite, ça dépend : soit je fais une petite sieste avant de retourner travailler à Géophy, soit je pars en manip’ sur une demi-journée (du genre comptage et suivi des pups avec Marie, ou suivi des phylicas plantés avec Flavien de la Resnat), ou je participe à une formation médicale, ou alors je vais à l’atelier des infras pour bricoler…

À 18h30 les lundis, mercredi et vendredi soirs, c’est jour de bar. Comme je fais partie de l’équipe bar, je m’improvise barmaid ces soirs-là. J’adore les soirs de bar, tout le monde se rassemble au skua pour boire un coup et jouer au ping-pong, au babyfoot ou au billard. C’est très convivial !

À 19h, c’est l’heure du diner. Toujours aussi copieux, mais c’est cool car il y a souvent une soupe de légumes. Après le repas, rebelotte, chacun aide à la souillarde et au nettoyage des tables.

Ensuite, ça dépend : soit je vais voir le film proposé au CinéAms, soit je fais un jeu de société, soit je me cale dans les canapés pour lire une BD, soit je reste papoter avec les copains autour d’une tisane, soit je remonte à Géophy pour finir des trucs, soit je vais bouquiner dans ma chambre…

Puis, vers 22h, dodo, et ça recommence !

Comme vous pouvez le voir, nos journées sont rythmées par l’heure des repas, mais au final je n’ai pas vraiment de journée-type… Il y a cependant des variations qui changent de l’ordinaire.

Le vendredi soir, c’est la bamboche. On mange un peu plus tard que d’habitude, et ça finit toujours par danser au milieu du skua ! Certains soirs, on organise des soirées thématiques, tout le monde met la main à la pâte pour aider à la préparation du menu ou des décors.

Une à deux fois par mois, je suis de Service Base, c’est à dire que c’est mon tour de nettoyer le Skua le matin, de mettre la table le midi et le soir et de servir les plats préparés par la cuisine. J’aime bien être de service base, car c’est moi qui choisis la musique à mettre à fond dans le Skua (toute la base écoute du metal, qu’ils le veuillent ou non !) et qui choisis le film du soir (bon j’avoue, en ce moment je suis partie sur les films de Guy Ritchie) !

Je pars parfois en manip’ sur plusieurs jours, et là c’est la liberté de la vie en cabane ! On mange à l’heure qu’on veut et on cuisine ce qu’on veut manger… Mais surtout, on ne doit pas oublier la com’ VHF du soir à 18h45 et du matin à 6h30 pour donner des nouvelles à la base et s’informer du bulletin météo. Il faut que je pense à vous faire un article sur la communication radio !

Le week-end, c’est un peu plus tranquille. Grasse-mat’, ménage et lessives. Souvent, je travaille aussi le week-end, mais parfois je pars en manip’ loisir avec les copains…


Au boulot !

La station de mesure d'air de Pointe Bénédicte

© 2022 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

En général, j’essaye de rassembler les maintenances hebdomadaires le mercredi, pour me coordonner avec celles de Solène, ma binôme pompeuse d’air. Comme ça, on va à Pointe B ensemble ! On y passe soit la matinée, soit la journée complète, en fonction du travail qu’on a à y faire. Quand on y passe la journée, on prévient les cuisines en avance et on se prend un pique-nique.

La Pointe de la Recherche, vue du mât de Pointe B

© 2022 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Je dois quand même y retourner une seconde fois dans la semaine, soit pour une intervention demandée par le labo, soit pour une maintenance mensuelle, soit pour un prélèvement manuel quand les conditions météo sont bonnes… Quand je dois y retourner, j’en profite pour y aller en courant par le chemin tracteur, comme ça je cumule le sport avec le boulot !

Et ça, c’est quand tout va bien…

Vue du mât de Pointe B : Pointe de la Vierge et la base

© 2022 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Quand il y a des problèmes, je dois parfois aller à Pointe B tous les jours ! Bon, je ne vais pas me plaindre, c’est quand même très sympa d’aller à Pointe B, et je ne me lasserai jamais du petit sentier de 2,5km le long du littoral, au milieu des otaries et des scirpes… Et le cadre de travail à Pointe B est extraordinaire !

Le monument aux morts de l'île, que je croise sur le chemin de Pointe B

© 2022 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF

Quand il fait beau (très beau), et que j’ai prévu de rester sur base, je sors l’EM27 devant les mansardes de Géophy. Et oui, tous mes instruments ne sont pas à Pointe B !

Parfois, il y a des grosses maintenances prévues à Pointe B, et on a de la visite ! Soit par les infras pour les travaux sur les bâtiments, soit par les gars de la Centrale quand c’est des travaux sur le réseau électrique ou la maintenance du local Haute-Tension.

Rien ne vaut un bon vieux diesel John Deere pour la qualité de l'air !

© 2022 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF


Les loisirs

Bon, il n’y a pas que le boulot dans la vie ! Même si mes journées sont déjà bien remplies, voici un petit aperçu des activités que je fais sur mon temps libre.

Le week-end, quand les conditions de mer sont bonnes, c’est baignade avec les otaries ! Tous les dimanches, c’est barbecue de langoustes et de poissons pêchés sur place. Et souvent, le dimanche après-midi, un volley, une pétanque ou un palet breton (ou les trois à la fois…) sont organisés.

Parfois, le week-end, on part en petit groupe en “manip’ loisir, une journée ou une nuitée + une journée tranquille en cabane (Ribaud, ou Antonelli).

Cabane d'Antonelli, une cabane accessible en loisir

© 2022 Pierre · Institut polaire français · TAAF

Pointe B vue d'Antonelli

© 2022 R. Nespoulet · Institut polaire français · TAAF


Les formations

Souvent, les après-midi de semaine, je fais des formations médicales avec Morgane, la Bibams. Prise de sang, pose de plâtre, aide anesthésiste, aide chirurgical,… C’est très intéressant, et ça permet d’acquérir des compétences que je n’aurais jamais acquises autrement !

Ça a l'air très sérieux comme ça, mais on opère un morceau de plastique en fait

© 2022 L. Creac'h · Institut polaire français · TAAF

Les vendredis après-midi, c’est formation soudure et découpe du métal avec Gilles, un infra qui donne des cours de chaudronnerie dans la vraie vie… Rendez-vous à l’atelier, ça soude, ça plie, ça disque, ça découpe, ça poinçonne, ça trace… Bref, on apprend à travailler le métal, et c’est super cool !


Et plein d’autres choses…

Quand j’ai un peu de temps et qu’il fait beau, je descends à la Cale pour observer les animaux qui s’y trouvent.

Souvent, je pars courir ou juste me balader aux alentours de la base.

Et pour finir, il m’arrive de passer certaines matinées en cuisine. Ateliers cookies ou autres pâtisseries pour régaler toute la base, ou alors un repas complet quand on organise une soirée thématique.

Oh les belles tortillas !

© 2022 M. Etienne · Institut polaire français · TAAF